Pamplona

Partage

Le 24 août | 22:30 h | Palais de Navarra

Rafael Riqueni

La sonante de Rafael Riqueni compte d’abord et avant tout. Il fait passer la musique avant la technique et crée, si nécessaire, de nouveaux accords pour transmettre le message. Son discours est une démonstration d’émotion qui échappe aux pentagrammes. L’âme s’est déployée en trémolos. Eclair et fontaines, sons de roches avec des textures inventées. Aussi un souvenir qui traverse des rues partagé à jamais.   

Ce flamenco de Triana est allé boire de la musique classique. Et entre les « falsetas » de Niño Ricardo et la beauté d’Isaac Albéniz, il a trouvé sa juste mesure. Il est l’un des guitaristes les plus importants des dernières décennies. Son travail, d’allées et venues sans ornements superflus, abrite un héritage qui, dans des albums tels que ‘Juego de niños’, ‘Alcázar de Cristal’, ‘Maestros’, ‘Parque de María Luisa’ et son plus récent ‘Herencia’ se vante de créativité. Pure éloquence musicale dont la précocité lui a fait côtoyer les meilleurs dès le début : de Martirio à Morente en passant par Isabel Pantoja et un long et un long etcetera.   

Il promet donc une grande intimité dans la nuit. De vieux parfums d’été qui n’ont pas disparu, des fleurs et des blessures qui n’essaient jamais de se cacher.