Pamplona

Juana la del Pipa et Manuel Parrilla
Partage

Le 28 août | 12:00 h | Balcon de la Mairie

Juana la del Pipa et Manuel Parrilla

Elle s’accroche aux balustrades et transforme la salive en une rafale d’étincelles. Juana la del Pipa, qui teint tout en noir lorsqu’elle ouvre les mâchoires, C’est une espèce d’artiste menacée d’extinction. Son « cante », court, de Jerez, inerte, ne cherche pas à plaire, mais à blesser, et en cours de route elle a gagné un bon nombre d’adeptes.

Fille d’une danseuse historique, elle a fait des tournées dans le monde entier avec le regard provocateur qui la caractérise. Le froncement de sourcils et les yeux coincés vers l’intérieur, comme si elle se concentrait sur une sorte de rituel. L’album ‘Mujerez’, avec La Macanita et Dolores Agujetas, a été une révélation pour beaucoup. Démonstration que dans l’art « jondo », parfois, moins c’est plus. Si le flamenco est un exercice d’expression, elle est née avec le pouvoir de synthétiser quelque chose complexe dans l’espace occupé par un ‘Ay’. Manuel Parrilla, héritier de l’une des dynasties les plus importantes en ce qui concerne la guitare, l’accompagne.