JOSÉ MERCÉ

[one_third last= » »]


Jeudi 28 août, 22:00 h
Scène Sabicas


[/one_third]
[two_third last= »yes »]
Arrière-petit-fils de Paco Luz et neveu du patriarche du Flamenco de Jerez, Manuel Soto Sordera, José Mercé est né a Jaén en 1955. Il doit son nom d’artiste à son passage par le chœur d’enfants de la Basilique de la Merced, où il chante de 6 à 12 ans.

Il s’intéresse très vite au Flamenco et fait ses premiers pas de cantaor dans Los Jueves Flamencos de Manuel Morao et sur la scène du prestigieux tablao La Cueva del Pájaro Azul où jouaient déjà des artistes de renommée tels Rancapino, Pepa de Utrera et Juan Villar.

A l’âge de 13 ans, il arrive à Madrid pour enregistrer son premier disque, produit par le poète Manuel Ríos Ruiz, et ne quittera plus la capitale. En quelques années seulement, José Mercé devient l’un des chanteurs les plus reconnus pour le baileet, alors qu’il n’a pas 18 ans, Antonio Gades l’appelle pour travailler au sein de sa compagnie. Le chanteur de Jerez ne cesse de travailler, participant à de nombreux projets parmi lesquels le Ballet National d’Espagne ou le film Noces de Sang de Saura.

1968 marque les débuts discographiques de l’artiste avec l’album Cultura Jonda 14. Bandera de Andalucía. S’ensuivent de grandes œuvres qui révolutionnent le monde du Flamenco tels Verde Junco (1983) ou encore Desnudando el Alma (1994). Le disque qui marque sans doute l’apogée de l’artiste est Del Amanecer (1998) produit par le guitariste Vicente Amigo, obtenant un succès sans précédent.

Avec 17 albums publiés depuis ses débuts, José Mercé a gardé l’essence pure du cante, collaborant avec de grands noms, tels Manu Chao, Luis Eduardo Aute, Louis Amstrong ou Pablo Milanés, pour devenir une figure majeure du Flamenco.
[/two_third]