KIKO VENENO

[one_third last=””]


KIKO VENENO + TOMASITO +
SOLEÁ MORENTE Y LOS EVANGELISTAS

Dimanche 31 août, 21:30 h.

Scène Ciudadela

[/one_third]
[two_third last=”yes”]

José María López Sanfeliú est né à Gérone en 1952 ; alors enfant sa famille s’installe à Cadiz et plus tard à Séville, où il réside depuis. Ce n’est pourtant pas en Andalousie que Kiko Veneno entre en contact avec les grands maîtres du cante jondo, mais lors d’un voyage aux États-Unis où il assiste aussi aux concerts des mythiques Bob Dylan et Frank Zappa.

De retour en Espagne, il commence à composer, principalement influencé par le Flamenco, Dylan et Zappa, mais ce n’est qu’en 1977 qu’il se fait connaître avec son groupe Veneno, aux côtés des frères Raimundo et Rafael Amador. Son premier album éponyme, enregistré à Madrid avec l’aide du producteur Ricardo Pachón est une véritable révolution esthétique et idéologique dans le monde du Flamenco ; un album également reconnu aujourd’hui comme étant l’un des plus grands disques pop en Espagne.

Grâce à ce disque, l’artiste se révèle être l’un des meilleurs compositeurs de la scène espagnole, et en 1979 il collabore avec Camarón de la Isla sur son disque La leyenda del tiempo. Il adapte des poèmes de García Lorca et compose “La leyenda del tiempo” et “Volando voy”, notamment.

En pleine movida, il revient à Madrid pour enregistrer son premier disque solo, Seré mecánico por ti (1981), avec de grands morceaux comme “Pata palo”. Dix ans plus tard, Kiko Veneno confie la production de son nouveau disque à Joe Dworniak : Échate un cantecito (1992) est son premier grand succès.

Après de nombreux disques d’excellente facture, l’artiste lance en 2013 son onzième album, Sensación Térmica, dans lequel il continue d’expérimenter, en introduisant des touches électroniques.[/two_third]