27 Generación Flamenca

[one_third last=»»]


Vendredi 29 août, 19:30h
Scène Flamenco On Fire

ÉQUIPE ARTISTIQUE

Juan Carmona – Direction musicale et guitare
Soleá Morente – Chant
José Enrique Morente – Chant
Almaría – Chant
Por confirmar – Guitare accompagnement
Juan Carmona Jr. – Percussion
Victor Alonso – Piano
Por confirmar – Contrebasse
Dani Reus – Chœurs
Astrid Jones – Chœurs
[/one_third]
[two_third last=»yes»]
Deux familles flamencas, les Morente et les Habichuela, se réunissent pour présenter un spectacle flamenco sur la Generación del 27, avec tout ce que ce mouvement avant-gardiste qui a révolutionné le monde de la culture de l’époque a signifié.

Nombreuses sont les références qui lient la Génération du 27 et ses membres avec la musique, mettant en évidence l’intérêt des intellectuels espagnols pour le Flamenco. Antonio Machado y Álvarez “Demófilo” par exemple, dans sa Colección de Cantes flamencos, affirme que dans la copla flamenca s’expriment “les sentiments les plus intimes et les idées les plus claires et tenaces dans toute leur pureté”.

Manuel de Falla écrit avec passion : “Les effets harmoniques que produisent inconsciemment nos guitaristes sont l’une des merveilles de l’art” ; le génie de José Patiño González, El Maestro Patiño le touche profondément. Il organise avec Lorca le concours le plus connu de l’histoire de ce genre musical.

Lorca met La Parrala au centre de Café Cantante, dans son Poema del Cante Jondo, (“La Parrala maintient une conversation avec la mort”). Dans cette œuvre il consacre des vers et des poèmes entiers à Juan Breva, Manuel Torres ou encore Silverio Franconetti.
Pastora Imperio inspire à Falla L’amour sorcier, et c’est elle qui interprète le rôle de Candelas lors de la première en 1925 au Teatro Lara à Madrid. Lors de la reprise en 1934 elle interprète l’autre personnage féminin, Lucía, aux côtés de La Argentina et Vicente Escudero.
La danseuse flamenca La Argentinita fut la muse de la Génération du 27. Accompagnée au piano par Federico García Lorca, elle enregistre des chansons populaires d’antan telles Zorongo gitano, Anda jaleo, El Café de Chinitas, La Nana de Sevilla, Los Pelegrinitos… Elle réalise également sa propre version de L’amour sorcier, assortie d’une deuxième partie, Les rues de Cádiz, dont la première a lieu en 1933.
[/two_third]